Dave & Les Jacobs/Getty Images

L’heure n’est pas au fondamentalisme commercial

CAMBRIDGE – « L’un des défis cruciaux » de notre époque « est de conserver un système commercial international ouvert et qui puisse continuer à se développer ». Malheureusement, les « principes libéraux » du système commercial mondial « sont en proie à des attaques de plus en plus nombreuses ». « Le protectionnisme se répand. » « Le système menace de se fragmenter […] ou de s’effondrer, dans une sinistre répétition des années trente. »

Vous seriez excusable de croire que ces lignes sont tirées d’une de ces confessions inquiètes qui remplissent les médias consacrés au monde de la finance et des entreprises et s’alarment de l’actuelle hostilité contre la mondialisation. Elles furent pourtant écrites voici trente-cinq ans, en 1981.

Le problème était alors la stagflation dans les pays avancés. Et l’épouvantail n’était pas la Chine mais le Japon, qui faisait trembler les marché mondiaux – et s’en emparait. Les États-Unis et l’Europe avaient répondu en érigeant des barrières douanières et en imposant des restrictions « volontaires » aux exportations japonaises (RVE), notamment d’automobiles et d’acier. On parlait partout de la montée d’un « nouveau protectionnisme ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pwKBQKE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.