roubini133_mikroman6GettyImages_decliningarrowmanpushback mikroman6/Getty Images

Attrait et limites des déficits budgétaires monétisés

NEW YORK – Un nuage sombre planait au-dessus du rassemblement annuel du Fonds monétaire international ce mois-ci. À l’heure où l’économie mondiale connaît un ralentissement synchronisé, un certain nombre de risques extrêmes pourraient engendrer une récession pure et simple. Entre autres préoccupations, les investisseurs et les décideurs politiques peuvent s’inquiéter d’une nouvelle escalade dans la guerre commerciale et technologique sino-américaine. Un conflit militaire entre les États-Unis et l’Iran aurait par ailleurs des répercussions planétaires. Il en va de même pour un Brexit dur de la part du Royaume-Uni, ou encore d’une collision entre le FMI et le nouveau gouvernement péroniste argentin.

Certains de ces risques pourraient toutefois devenir moins probables au fil du temps. Les États-Unis et la Chine sont parvenus à une entente provisoire autour d’un accord commercial partiel de « phase un », le gouvernement américain ayant par ailleurs suspendu les droits de douanes qui devaient entrer en vigueur le 15 octobre. Si les négociations se poursuivent, les tarifs douaniers prévus pour le 15 décembre, dommageables pour les produits chinois de consommation, pourraient également être reportés, voire suspendus. Les États-Unis évitent par ailleurs jusqu’à présent de répondre de manière directe aux possibles tirs iraniens qui auraient semble-t-il abattu un drone américain et frappé des installations pétrolières saoudiennes ces derniers mois. Le président américain Donald Trump a sans doute pleinement conscience qu’une hausse brutale des cours du pétrole en raison d’un conflit miliaire compromettrait sérieusement ses chances de réélection l’an prochain en novembre.

De leur côté, Royaume-Uni et Union européenne sont parvenus à un accord provisoire autour d’un Brexit ordonné, et le Parlement britannique a pris plusieurs mesures pour empêcher une sortie sans accord hors de l’UE. Le feuilleton continue cependant, avec probablement un nouveau report de la date du Brexit, et tôt ou tard des élections législatives. Enfin, du côté de l’Argentine, à supposer que le nouveau gouvernement et le FMI reconnaissent avoir besoin l’un de l’autre, la menace d’un anéantissement mutuel à coup sûr pourrait conduire à un compromis.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/l25vGKifr;