FILIPPO MONTEFORTE/AFP/Getty Images

Un été long et chaud en Italie

STOCKHOLM – Le bouleversement politique et le malaise social qui nourrissent la crise actuelle en Italie ne devraient n'étonner personne. Au contraire, la seule incertitude consistait à savoir exactement à quel moment ces problèmes arriveraient à un point critique. C'est maintenant le cas.

Le PIB de l'Italie par habitant en 2018 est environ de 8 % inférieur à son niveau de 2007, l'année qui a précédé la crise financière mondiale qui a déclenché la Grande récession. Les prévisions du Fonds Monétaire International pour 2023 suggèrent que l'Italie n'aura toujours pas entièrement récupéré des pertes cumulatives de rendement de la décennie passée.

Parmi les 11 économies avancées qui ont été frappées par des crises financières graves en 2007-2009, seule la Grèce a subi une dépression économique plus profonde et plus prolongée. La Grèce et l'Italie étaient les deux économies les plus lourdement endettées au début de la crise (109 % et 102 % du PIB, respectivement), ce qui les laissait en mauvaise posture pour faire face aux chocs. Depuis que la crise a éclaté il y a une décennie, la stagnation et les faiblesses coûteuses des banques ont propulsé les endettements de plus en plus haut, en dépit d'une décennie de taux d'intérêt particulièrement bas.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/1KeUbD7/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.