Paul Lachine

De l’ignorance, en ce début du XXIe siècle

NEW YORK – L’ignorance est la source de tous les maux, selon Platon, qui nous a également transmis la définition, toujours d’actualité, de son contraire : la connaissance. Pour ce philosophe grec, la connaissance est la « croyance vraie justifiée ». Cette définition mérite d’être étudiée, à la lumière des périls que présente l’ignorance en ce début du XXIe siècle.

Platon estimait que trois conditions devaient être réunies pour « connaître » quelque chose : la notion en question doit être vraie ; nous devons y croire (parce que si nous ne croyons pas qu’une notion est vraie, nous ne pouvons guère prétendre la connaître) ; et, de manière plus subtile, elle doit pouvoir être justifiée – il doit y avoir des raisons pour lesquelles nous croyons qu’une notion est vraie.

Prenons par exemple une notion que nous pensons tous connaître : la Terre est (à peu près) ronde. Difficile de trouver plus vrai que ce concept d’un point de vue astronomique, en particulier depuis que nous avons envoyé des satellites artificiels en orbite qui nous ont permis de constater que notre planète est effectivement de forme sphérique. La plupart d’entre nous (à l’exception d’une frange lunatique qui pense que la Terre est plate) croyons également que cette notion est vraie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/a9xCcvH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.