Solar wind energy Andrew Aitchison/Getty Images

Lutte aux changements climatiques: un flambeau à reprendre par le G20

PARIS – Au début de 2016, les États-Unis étaient en bonne posture pour mener la lutte mondiale contre les changements climatiques. À titre de présidente du G20 pour 2017, la chancelière allemande Angela Merkel escomptait que les États-Unis contribuent à porter la transformation profonde de l’économie mondiale. Et même après l’élection à la présidence de Donald Trump, Merkel lui a donné le bénéfice du doute, espérant contre toute attente que les États-Unis puissent encore jouer un rôle prépondérant dans la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Or lors de la première rencontre en chair et en os de Merkel et Trump, rien de substantiel n’y a été déclaré, et leurs expressions corporelles respectives indiquaient clairement que les perspectives de dialogue étaient peu prometteuses. Le slogan de Trump « L’Amérique d’abord » semble vouloir dire « L’Amérique isolée ».

L’annulation par Trump des mesures de réduction des émissions de CO2 de son prédécesseur constitue un coup dur pour le nouveau modèle de régie mondiale coopérative incarnée dans l’accord climatique de Paris en 2015. Les pays qui ont entériné l’accord se sont engagés à partager les risques et les avantages d’une transformation économique et technologique mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ZSqK36I/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.