pisaniferry105_Pict Rider Getty Images_greenEUflagplant Pict Rider/Getty Images

Climat : l’Europe a brulé ses vaisseaux

PARIS – La plupart des drapeaux nationaux sont multicolores. Mais pas celui de la Chine – il est rouge – ni celui de l’Union européenne, qui est bleu. Ou, plutôt, qui était bleu. C’est en vert, en effet que s’affiche le nouveau projet européen. Lors de leur sommet de la mi-décembre, les dirigeants de tous les pays de l’Union à une exception (pas le Royaume Uni, mais la Pologne) ont officiellement adopté l’objectif d’atteindre en 2050 la neutralité climatique, c’est-à-dire de ramener à zéro leurs émissions nettes de gaz à effet de serre.

La Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen veut aller plus loin. Elle prévoit de présenter en mars prochain une “loi sur le climat” pour s’assurer que toutes les politiques européennes seront orientées vers l’objectif de neutralité carbone. Elle souhaite que les États membres s’accordent d’ici l’été prochain pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre d’environ 40% entre 2017 et 2030. Elle propose également d’allouer la moitié des financements de la Banque européenne d’investissement et le quart du budget de l’Union à des objectifs liés au climat et de consacrer 100 milliards d’euros au soutien des régions et des secteurs les plus affectés par la transition écologique. Enfin, elle propose d’introduire une taxe carbone aux frontières si les partenaires commerciaux de l’UE traînent des pieds.

Une grande ambition pour le long terme suscite naturellement le scepticisme. Pour des responsables politiques élus pour quatre ou cinq ans, un objectif à 2050 n’est pas vraiment contraignant. On peut de plus s’attendre à des tensions : États producteurs d’énergie fossile, secteurs intensifs en énergie, industries soumises à la concurrence internationale et ménages dépendants de l’automobile ne manqueront pas de s’opposer avec véhémence aux mesures qui les touchent directement.  L’Union européenne a cependant investi une si grande part de son capital politique dans la transition verte qu’un échec dans ce domaine mettrait en cause sa légitimité. Pour l’Union, le Green Deal n’est pas seulement un projet parmi d’autres. C’est sa nouvelle finalité.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/jTdLq00fr