8

Pourquoi l’Afrique doit être démonétisée

YAMOUSSOUKRO – L’Inde s’est récemment fixé un but ambitieux : une économie sans argent liquide. Malgré quelques faux pas, au début, et certaines frustrations, l’initiative s’avèrera positive dans un pays de 1,31 milliard d’habitants. L’Afrique devrait suivre cet exemple – et pourrait franchir une première étape en créant une union monétaire.

Bien évidemment, une société démonétisée n’est pas une fin en soi. Mais c’est un moyen de contribuer aux progrès de l’intégration financière, de la sécurité et de la prospérité.

Aujourd’hui, environ 326 millions d’Africains – 80% de la population adulte du continent – sont privés d’accès aux services financiers, formels ou informels. Mais entasser des billets sous son matelas n’est pas la meilleure solution pour protéger l’épargne familiale, encore moins pour permettre aux ménages d’échapper à une pauvreté endémique.

De la même façon, des millions d’Africains tirent leur subsistance de l’économie informelle, qui représente environ 41% du PIB en moyenne pour l’Afrique sub-saharienne. Cette situation les laisse à la merci du moindre accident, et dépourvus des outils qui assureraient leur stabilité financière et leur permettraient de créer de la richesse. L’évolution vers une société démonétisée contraindrait les habitants, les entreprises et les responsables politiques à mettre en place les mécanismes qui ouvriraient à tous les Africains l’accès au secteur financier, améliorant ainsi considérablement les vies de millions de personnes aujourd’hui peu ou prou, voire totalement, exclues des services bancaires. Et les moyens de subsistance rejoindraient massivement l’économie formelle – ce qui serait une chance véritable pour de nombreux pays d’Afrique.