Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

elgamal1_ GIUSEPPE CACACEAFPGetty Images_arab league GIUSEPPE CACACE/AFPGetty Images

L’unité arabe existe-t-elle encore ?

BEYROUTH – Historiquement, la tâche consistant à promouvoir le multilatéralisme au Moyen-Orient a longtemps incombé à deux institutions : d’une part la Ligue des États arabes, large alliance de collaboration autour des questions politiques, économiques et culturelles, et d’autre part le Conseil de coopération du Golfe (CCG), principalement chargé des problématiques économiques. En dépit de plusieurs différences dans leur histoire, leurs axes de travail et leurs membres, ces deux organes sont censés faire office de garants de l’unité arabe autour de questions majeures – telles que l’opposition à Israël – tout en prévenant les conflits entre États membres.

Pendant plusieurs décennies, le conflit israélo-palestinien a rallié les pays arabes derrière la cause commune de la défense de statut d’État de la Palestine. Mais depuis les soulèvements du Printemps arabe de 2011, trois considérations beaucoup plus clivantes occupent le devant de la scène : menace perçue en provenance de l’Iran, propagation du terrorisme régionale, et montée en puissance de l’islam politique (ou islamisme).

Ces évolutions ont rompu un certain nombre d’alliances traditionnelles, et créé des modèles de coopération multilatérale beaucoup plus flexibles dans la région. La politique occidentale au Moyen-Orient – en particulier celle des États-Unis – est par ailleurs de nature à renforcer cette tendance.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/73RK8Defr;