Secouer le “syndrome du bébé secoué”

OXFORD – Ce qui peut arriver de plus tragique aux nouveaux parents est la mort soudaine, inattendue de leur bébé. Et ce qui pourrait être pire, que ces parents soient accusés par erreur d’avoir causé sa mort, et soient donc poursuivis, en dépit d’une mauvaise interprétation par la communauté médicale des éléments disponibles. 

Seul un petit nombre des bébés qui s’effondrent et meurent de manière inattendue dans leur première année de vie partagent un ou plusieurs des trois symptômes suivants : hémorragie en périphérie du cerveau (hémorragie sous-durale), hémorragie à l’arrière de l’œil, et gonflement du cerveau.

Ces mêmes caractéristiques sont aussi visibles chez certains nourrissons qui ont souffert de traumatismes résultant d’une chute ou d’un accident de voiture. Pourtant, de nombreux bébés présentant ces symptômes n’ont pas connu d’antécédent traumatique, de maltraitance physique ou de négligence, ni fait l’objet de constatations médicales dans ce sens (comme la présence de fractures, d’écorchures, ou d’hématomes).

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/jnfkrMk/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.