Closed-door nuclear talks in Geneva on November 20, 2013 Fabrice Coffrini/Getty Images

Un ordre du jour pour les négociations américano-iraniennes

DENVER – Le Président américain Donald Trump a décidé de ne pas reconnaître la conformité de l'Iran aux termes du Plan d'action global conjoint (JCPOA), l'accord limitant le programme d'armement nucléaire de l'Iran. En effet, Trump a contesté la décision du Congrès de faire ce qui relève normalement de la responsabilité du pouvoir exécutif : créer la politique étrangère.

The Year Ahead 2018

The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

Order now

Ce que sera cette politique demeure une question ouverte. Alors que le Congrès prépare déjà des sanctions, elles ne constitueront pas par elles-mêmes une stratégie globale sur l'Iran. Au lieu de cela, les États-Unis et l'Iran vont devoir négocier directement sur un éventail de questions non nucléaires.

À ce stade, nul ne peut affirmer que l'Iran manque à se conformer à ses obligations au titre du JCPOA. Même le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson, qui ne cache pas son dédain envers l'Iran, se plaint seulement de ce que les dirigeants iraniens violent « l'esprit » de l'accord. Mais le JCPOA met clairement - et délibérément - l'accent sur le ralentissement du développement d'armes nucléaires par l'Iran, pas sur ses ambitions régionales, sur ses programmes de missiles, ou son animosité à l'égard d'Israël.

L'administration Trump est également en désaccord sur la question des limites temporelles du JCPOA, dont certaines dispositions - comme les limites strictes sur la recherche et le développement de centrifugeuses avancées - sont en vigueur pour seulement dix ans. Les dénonciations de l'accord par Trump ont alimenté un débat sur la pertinence des limites temporelles, même si les discussions de ce genre échouent souvent à reconnaître que l'Iran a accepté de se conformer aux normes de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique, notamment à ses protocoles d'inspection avancée.

Dans tous les cas, la clé de la prévention contre la récidive après l'expiration des dispositions de caducité du JCPOA va consister à faire évoluer l'Iran vers des politiques de bon voisinage et à s'assurer que ses intérêts économiques l'emportent sur son ambition de devenir une hégémonie régionale. C'est là que les négociations bilatérales entrent en scène.

L'une des raisons pour lesquelles le JCPOA ne couvre pas les questions nucléaires, c'est que plusieurs autres partenaires et alliés (à savoir, la Chine, la France, l'Allemagne, la Russie, le Royaume-Uni et l'Union européenne), ont été impliqués et que chacun avait sa perspective et ses objectifs propres. Les puissances régionales avec des sièges aux premières loges aux pourparlers, comme l'Arabie Saoudite, ont également eu beaucoup à dire.

Réconcilier les intérêts et les exigences contradictoires de ces acteurs par rapport à l'éventail complet des questions pertinentes aurait été quasi impossible. Des négociations bilatérales entre les États-Unis et l'Iran pourraient cependant permettre aux États-Unis de progresser sur les questions qui sont importantes pour eux - et tout aussi importantes pour mieux comprendre l'Iran moderne.

De telles négociations pourraient probablement commencer par une longue discussion sur les interprétations contradictoires sur les deux côtés de l'histoire de leur relation - en d'autres termes, sur les griefs de chaque pays avec l'autre. Pour l'Iran, ces griefs comprennent le soutien des États-Unis en faveur du coup d'État de 1953 en Iran et les liens de l'Amérique avec le Shah et avec sa police secrète brutale, la Savak.

Les États-Unis, quant à eux, vont probablement revendiquer l'enlèvement en 1979 du personnel de l'ambassade américaine par le régime révolutionnaire naissant l'Iran Islamique et plus récemment, son ciblage de troupes américaines à l'aide de milices chiites dans le Sud de l'Irak. Ces discussions devront comporter des questions détaillées et des réponses précises. Les groupes de travail pourraient être créés pour tenter de créer un récit commun.

Les négociations devront également couvrir les questions contemporaines, notamment un tour d'horizon des zones troubles. Que fait l'Iran au Yémen, au Liban, en Irak et en particulier en Syrie ? Comment définit-il ses intérêts dans ces pays ? Se considère-t-il, comme l'affirment de nombreux Arabes sunnites, comme un protecteur des Arabes chiites ?

En Irak, les États-Unis ont beaucoup investi pour renverser le régime de Saddam Hussein, puis en soutenant un processus politique qui a produit un gouvernement dirigé par des chiites - un résultat positif, du point de vue de l'Iran. La question clé est alors la suivante : pourquoi l'Iran continue de soutenir des groupes de miliciens qui ont souvent miné le gouvernement irakien ?

Comme pour la Syrie, l'Iran a agi rapidement pour soutenir le président Bachar el-Assad. Le soutien de l'Iran en faveur d'un gouvernement dominé par la minorité Alaouite, (une secte chiite), a clairement affaibli les États arabes sunnites, en particulier l'Arabie saoudite, qui considère avec une grande inquiétude ce « croissant chiite » juste en face de sa frontière du Nord. L'Iran ne peut pas vraiment s'attendre à ce que les Saoudiens soient indifférents à un tel changement dans leur position géostratégique.

Mais l'Iran n'est pas le seul acteur à devoir expliquer sa stratégie face à la Syrie. Les États-Unis ont eux aussi jusqu'à présent mené des politiques qui, pour dire le moins, n'ont pas toujours eu de justification évidente. Il est maintenant temps que les États-Unis jouent cartes sur table. Cherchent-ils un changement de régime, ou vont-ils se contenter des changements politiques que le gouvernement syrien va finir par choisir ?

Et qu'en est-il d'Israël ? Au cours de sa présidence de 2005 à 2013, Mahmoud Ahmadinejad a enflammé l'opinion mondiale à plusieurs reprises en se demandant si l'Holocauste avait vraiment eu lieu. Est-ce que ce genre d'ignorance et de mépris à l'égard du peuple juif persiste chez les dirigeants actuels de l'Iran, en faussant leur approche d'Israël ?

La dernière question vitale qui doit être prise en compte dans les négociations bilatérales entre les États-Unis et l'Iran est l'activité militaire iranienne, en particulier ses programmes de missiles. L'Iran évoque souvent son droit d'entretenir une armée moderne, avec des missiles sophistiqués, bien qu'à la différence de la Corée du Nord, ce pays n'aille pas jusqu'à revendiquer son droit à détenir des armes nucléaires. Pour déterminer le rôle et les capacités militaires appropriés de l'Iran, des pourparlers directs entre les États-Unis et l'armée iranienne, comme ceux que les États-Unis ont eu avec la Chine, pourraient être de mise.

Les États-Unis ne peuvent pas continuer de fonder leur politique à l'égard de l'Iran - un pays immense avec une population de plus de 80 millions d'habitants, une économie en expansion et une forte influence régionale - sur les sanctions et le vitriol. De même, l'Iran doit retirer ses slogans maléfiques tels que « Mort aux États-Unis » et s'employer plutôt avec les États-Unis à faire avancer ses propres intérêts et ses aspirations. Peut-être que la montagne de méfiance sera finalement trop élevée pour que les deux pays puissent la gravir. Mais si cela permet d'atteindre l'autre versant, cela vaut la peine d'essayer.

http://prosyn.org/9l9Utq9/fr;

Handpicked to read next

  1. Chris J Ratcliffe/Getty Images

    The Brexit Surrender

    European Union leaders meeting in Brussels have given the go-ahead to talks with Britain on post-Brexit trade relations. But, as European Council President Donald Tusk has said, the most difficult challenge – forging a workable deal that secures broad political support on both sides – still lies ahead.

  2. The Great US Tax Debate

    ROBERT J. BARRO vs. JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS on the impact of the GOP tax  overhaul.


    • Congressional Republicans are finalizing a tax-reform package that will reshape the business environment by lowering the corporate-tax rate and overhauling deductions. 

    • But will the plan's far-reaching changes provide the boost to investment and growth that its backers promise?


    ROBERT J. BARRO | How US Corporate Tax Reform Will Boost Growth

    JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS | Robert Barro's Tax Reform Advocacy: A Response

  3. Murdoch's Last Stand?

    Rupert Murdoch’s sale of 21st Century Fox’s entertainment assets to Disney for $66 billion may mark the end of the media mogul’s career, which will long be remembered for its corrosive effect on democratic discourse on both sides of the Atlantic. 

    From enabling the rise of Donald Trump to hacking the telephone of a murdered British schoolgirl, Murdoch’s media empire has staked its success on stoking populist rage.

  4. Bank of England Leon Neal/Getty Images

    The Dangerous Delusion of Price Stability

    Since the hyperinflation of the 1970s, which central banks were right to combat by whatever means necessary, maintaining positive but low inflation has become a monetary-policy obsession. But, because the world economy has changed dramatically since then, central bankers have started to miss the monetary-policy forest for the trees.

  5. Harvard’s Jeffrey Frankel Measures the GOP’s Tax Plan

    Jeffrey Frankel, a professor at Harvard University’s Kennedy School of Government and a former member of President Bill Clinton’s Council of Economic Advisers, outlines the five criteria he uses to judge the efficacy of tax reform efforts. And in his view, the US Republicans’ most recent offering fails miserably.

  6. A box containing viles of human embryonic Stem Cell cultures Sandy Huffaker/Getty Images

    The Holy Grail of Genetic Engineering

    CRISPR-Cas – a gene-editing technique that is far more precise and efficient than any that has come before it – is poised to change the world. But ensuring that those changes are positive – helping to fight tumors and mosquito-borne illnesses, for example – will require scientists to apply the utmost caution.

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now