Workers smooth out a new sidewalk John Moore/Getty Images

Un plan d'infrastructure qui fonctionnerait vraiment

NEW YORK – Le projet du Président des États-Unis Donald Trump en vue de relancer les dépenses d'infrastructure par des crédits d'impôts a été accueilli assez froidement par les investisseurs. Sa proposition attendue depuis longtemps pour améliorer et réparer les routes, les aéroports, les ponts, les tunnels et tous les autres types d'infrastructure en piteux état dans le pays n'aboutira à rien, à moins que tous les interlocuteurs ne soient ouverts à de nouvelles manières de penser les méthodes de financement de tels projets.

Actuellement les investissements d'infrastructure sont financés soit par des impôts, soit par des droits d'usage tels que les péages. Mais il existe une autre possibilité pour débloquer des fonds publics au niveau local : la gestion professionnelle de biens publics existants.

Cela ne signifie pas la réutilisation ou la privatisation de capitaux sous un autre nom. Si la privatisation consiste à augmenter les ressources disponibles pour financer les infrastructures publiques, les biens doivent être vendus pour plus que la valeur actuelle des bénéfices qu'ils produisent en qualité de biens publics.Les politiciens locaux et les électeurs sont naturellement devenus sceptiques à l'égard des arrangements de concession qui séparent le financement public de l'offre de biens et services.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xCo7ME3/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.