Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

lipner2_RONEN ZVULUNAFPGetty Images_trump jerusalem Ronen Zvulun/AFP/Getty Images

L’Amérique n’a pas besoin d’un président rabbin

JÉRUSALEM – S’il est quelque chose de sacré pour les Américains, c’est bien la Constitution des États-Unis, texte fondateur et véritable code source du pays. Or, l’une des composantes clés du texte, le premier amendement, est actuellement mis à mal par un virus agressif lancé depuis l’intérieur de la Maison-Blanche.

En 1802, le troisième président des États-Unis Thomas Jefferson écrit « la religion est une question qui se situe seulement entre l’homme et son dieu ». Venu apporter des garanties à un groupe de croyants baptistes inquiets pour leur liberté religieuse, le président insiste sur le fait que les clauses d’établissement et de libre exercice énoncées dans le premier amendement érigent « un mur de séparation entre l’Église et l’État ». Ce mur se fissure gravement aujourd’hui, sous les coups de masse des deux plus récents successeurs de Jefferson que sont Barack Obama et Donald Trump.

Il est étrange – et inquiétant – pour les juifs de voir les présidents américains établir une forme de distinction entre « bons » et « mauvais » juifs. La question de savoir « qui est juif » anime depuis longtemps les débats politiques en Israël, dont la loi du retour accorde la citoyenneté aux juifs qui immigrent vers le pays. Les convictions personnelles n’ont cependant pas leur place dans cette discussion. Il est inacceptable que la foi fasse aujourd’hui l’objet d’une analyse sous le microscope américain, qui ne saurait être justifiée par les intentions bienveillantes ou non des responsables américains à l’égard du peuple juif.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/qc0xDgJfr;
  1. pisaniferry106_Mark WilsonGetty Images_phase one agreement trump china  Mark Wilson/Getty Images

    Explaining the Triumph of Trump’s Economic Recklessness

    Jean Pisani-Ferry

    The Trump administration’s economic policy is a strange cocktail: one part populist trade protectionism and industrial interventionism; one part classic Republican tax cuts skewed to the rich and industry-friendly deregulation; and one part Keynesian fiscal and monetary stimulus. But it's the Keynesian part that delivers the kick.

    4
  2. yu49_ShengJiapengChinaNewsServiceVCGviaGettyImages_G20trumpjinpingshakehands Sheng Jiapeng/China News Service/VCG via Getty Images

    PS Say More: Keyu Jin

    Keyu Jin assesses the “phase one” US-China trade deal, questions whether the US can ever accept China’s development model, and highlights a key difference in how the Hong Kong protests are viewed inside and outside China.
    0