Les bonus et nous

PARIS - Le sauvetage du système financier fut un moment singulier de notre histoire économique, où ceux qui tirèrent grand profit de l’exubérance irrationnelle des marchés, disons les grands de la finance, en appelèrent  à la solidarité de ceux qui en restèrent à l’écart. Pourtant, hier, avant la crise, la redistribution et les prélèvements obligatoires qui la permettent étaient considérés comme les pires des obstacles à l’efficacité. C’est que les valeurs de la solidarité avaient fait progressivement place à celles du « mérite » individuel, mesuré à l’aune de l’argent. Paradoxalement une part de cette évolution pourrait être mise au crédit de deux dynamiques éminemment positives : le lent travail de la démocratie qui en libérant l’individu le rend en même temps plus solitaire; la mise en œuvre d’un système de protection sociale, qui en mutualisant les risques rend l’individu plus autonome par rapport à son groupe d’appartenance. Cette solitude et cette autonomie font que les personnes ont de plus en plus tendance à croire, pour le meilleur où pour le pire, qu’elles sont seules responsables de leur propre destin. C’est évidemment là où se produit le contresens. L’individu n’est libre et autonome qu’en raison des décisions collectives prises au terme du débat démocratique, et notamment de celles assurant à chacun un accès aux biens publics : éducation, santé etc. La solidarité demeure, mais elle devient si abstraite que ceux pour qui les dés de la destinée sont tombés en leur faveur ne s’en sentent plus débiteurs. C’est leur mérite seul qui a fait ce qu’ils sont, et non la part de décisions collectives qui leur a permis de réaliser leur potentialité : les écoles et les universités de la République, par exemple, n’y sont pour rien ! 

Lorsque de surcroît le mérite – comme nous le raconte non pas la théorie (qui est plus subtile), mais l’idéologie libérale – se mesure par l’argent, alors il n’est plus de limite éthique à l’importance de la rémunération de chacun : si je gagne mille fois (cent fois, dix fois) plus que toi, c’est que mon mérite est mille fois (cent fois, dix fois) plus élevé que le tien. C’est ainsi qu’il est possible de donner une valeur intrinsèque à l’argent, celle de mon mérite, de ma compétence. La nature humaine fait le reste – ego et/ou arrogance – beaucoup estimant que leur valeur est précisément inestimable. Le lieu privilégié où cette (sur)évaluation de soi rencontre le moins d’obstacle est évidemment le marché financier au sens générique du terme. La monnaie est une abstraction, « l’abstraction des abstractions »  disait Hegel, ce qui permet de comprendre pourquoi les rémunérations peuvent ne plus y avoir d’ancrage dans la réalité.

Après avoir hier affirmé que la crise avait révélé que l’autonomie était illusoire, que l’interdépendance était le maitre mot de l’activité économique aux fins de faire accepter au contribuable qu’il vienne au secours des banques, voilà que les grandes institutions décident à nouveau de faire chambre séparée. Et voilà que le monde d’avant (la crise) resurgit. Oubliant le risque de renflouement que les contribuables avaient pris à leur profit, les établissements financiers renouant avec les profits grâce à cela, reprennent les bonnes habitudes qui leur avaient tellement réussi et tellement nuit aux autres.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/mpeFabS/fr;
  1. Chris J Ratcliffe/Getty Images

    The Brexit Surrender

    European Union leaders meeting in Brussels have given the go-ahead to talks with Britain on post-Brexit trade relations. But, as European Council President Donald Tusk has said, the most difficult challenge – forging a workable deal that secures broad political support on both sides – still lies ahead.

  2. The Great US Tax Debate

    ROBERT J. BARRO vs. JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS on the impact of the GOP tax  overhaul.


    • Congressional Republicans are finalizing a tax-reform package that will reshape the business environment by lowering the corporate-tax rate and overhauling deductions. 

    • But will the plan's far-reaching changes provide the boost to investment and growth that its backers promise?


    ROBERT J. BARRO | How US Corporate Tax Reform Will Boost Growth

    JASON FURMAN & LAWRENCE H. SUMMERS | Robert Barro's Tax Reform Advocacy: A Response

  3. Murdoch's Last Stand?

    Rupert Murdoch’s sale of 21st Century Fox’s entertainment assets to Disney for $66 billion may mark the end of the media mogul’s career, which will long be remembered for its corrosive effect on democratic discourse on both sides of the Atlantic. 

    From enabling the rise of Donald Trump to hacking the telephone of a murdered British schoolgirl, Murdoch’s media empire has staked its success on stoking populist rage.

  4. Bank of England Leon Neal/Getty Images

    The Dangerous Delusion of Price Stability

    Since the hyperinflation of the 1970s, which central banks were right to combat by whatever means necessary, maintaining positive but low inflation has become a monetary-policy obsession. But, because the world economy has changed dramatically since then, central bankers have started to miss the monetary-policy forest for the trees.

  5. Harvard’s Jeffrey Frankel Measures the GOP’s Tax Plan

    Jeffrey Frankel, a professor at Harvard University’s Kennedy School of Government and a former member of President Bill Clinton’s Council of Economic Advisers, outlines the five criteria he uses to judge the efficacy of tax reform efforts. And in his view, the US Republicans’ most recent offering fails miserably.

  6. A box containing viles of human embryonic Stem Cell cultures Sandy Huffaker/Getty Images

    The Holy Grail of Genetic Engineering

    CRISPR-Cas – a gene-editing technique that is far more precise and efficient than any that has come before it – is poised to change the world. But ensuring that those changes are positive – helping to fight tumors and mosquito-borne illnesses, for example – will require scientists to apply the utmost caution.

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now