Les bonus et nous

PARIS - Le sauvetage du système financier fut un moment singulier de notre histoire économique, où ceux qui tirèrent grand profit de l’exubérance irrationnelle des marchés, disons les grands de la finance, en appelèrent  à la solidarité de ceux qui en restèrent à l’écart. Pourtant, hier, avant la crise, la redistribution et les prélèvements obligatoires qui la permettent étaient considérés comme les pires des obstacles à l’efficacité. C’est que les valeurs de la solidarité avaient fait progressivement place à celles du « mérite » individuel, mesuré à l’aune de l’argent. Paradoxalement une part de cette évolution pourrait être mise au crédit de deux dynamiques éminemment positives : le lent travail de la démocratie qui en libérant l’individu le rend en même temps plus solitaire; la mise en œuvre d’un système de protection sociale, qui en mutualisant les risques rend l’individu plus autonome par rapport à son groupe d’appartenance. Cette solitude et cette autonomie font que les personnes ont de plus en plus tendance à croire, pour le meilleur où pour le pire, qu’elles sont seules responsables de leur propre destin. C’est évidemment là où se produit le contresens. L’individu n’est libre et autonome qu’en raison des décisions collectives prises au terme du débat démocratique, et notamment de celles assurant à chacun un accès aux biens publics : éducation, santé etc. La solidarité demeure, mais elle devient si abstraite que ceux pour qui les dés de la destinée sont tombés en leur faveur ne s’en sentent plus débiteurs. C’est leur mérite seul qui a fait ce qu’ils sont, et non la part de décisions collectives qui leur a permis de réaliser leur potentialité : les écoles et les universités de la République, par exemple, n’y sont pour rien ! 

Lorsque de surcroît le mérite – comme nous le raconte non pas la théorie (qui est plus subtile), mais l’idéologie libérale – se mesure par l’argent, alors il n’est plus de limite éthique à l’importance de la rémunération de chacun : si je gagne mille fois (cent fois, dix fois) plus que toi, c’est que mon mérite est mille fois (cent fois, dix fois) plus élevé que le tien. C’est ainsi qu’il est possible de donner une valeur intrinsèque à l’argent, celle de mon mérite, de ma compétence. La nature humaine fait le reste – ego et/ou arrogance – beaucoup estimant que leur valeur est précisément inestimable. Le lieu privilégié où cette (sur)évaluation de soi rencontre le moins d’obstacle est évidemment le marché financier au sens générique du terme. La monnaie est une abstraction, « l’abstraction des abstractions »  disait Hegel, ce qui permet de comprendre pourquoi les rémunérations peuvent ne plus y avoir d’ancrage dans la réalité.

Après avoir hier affirmé que la crise avait révélé que l’autonomie était illusoire, que l’interdépendance était le maitre mot de l’activité économique aux fins de faire accepter au contribuable qu’il vienne au secours des banques, voilà que les grandes institutions décident à nouveau de faire chambre séparée. Et voilà que le monde d’avant (la crise) resurgit. Oubliant le risque de renflouement que les contribuables avaient pris à leur profit, les établissements financiers renouant avec les profits grâce à cela, reprennent les bonnes habitudes qui leur avaient tellement réussi et tellement nuit aux autres.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/mpeFabS/fr;
  1. Sean Gallup/Getty Images

    Angela Merkel’s Endgame?

    The collapse of coalition negotiations has left German Chancellor Angela Merkel facing a stark choice between forming a minority government or calling for a new election. But would a minority government necessarily be as bad as Germans have traditionally thought?

  2. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.

  3. A GrabBike rider uses his mobile phone Bay Ismoyo/Getty Images

    The Platform Economy

    While developed countries in Europe, North America, and Asia are rapidly aging, emerging economies are predominantly youthful. Nigerian, Indonesian, and Vietnamese young people will shape global work trends at an increasingly rapid pace, bringing to bear their experience in dynamic informal markets on a tech-enabled gig economy.

  4. Trump Mario Tama/Getty Images

    Profiles in Discouragement

    One day, the United States will turn the page on Donald Trump. But, as Americans prepare to observe their Thanksgiving holiday, they should reflect that their country's culture and global standing will never recover fully from the wounds that his presidency is inflicting on them.

  5. Mugabe kisses Grace JEKESAI NJIKIZANA/AFP/Getty Images

    How Women Shape Coups

    In Zimbabwe, as in all coups, much behind-the-scenes plotting continues to take place in the aftermath of the military's overthrow of President Robert Mugabe. But who the eventual winners and losers are may depend, among other things, on the gender of the plotters.

  6. Oil barrels Ahmad Al-Rubaye/Getty Images

    The Abnormality of Oil

    At the 2017 Abu Dhabi Petroleum Exhibition and Conference, the consensus among industry executives was that oil prices will still be around $60 per barrel in November 2018. But there is evidence to suggest that the uptick in global growth and developments in Saudi Arabia will push the price as high as $80 in the meantime.

  7. Israeli soldier Menahem Kahana/Getty Images

    The Saudi Prince’s Dangerous War Games

    Saudi Arabia’s Crown Prince Mohammed bin Salman is working hard to consolidate power and establish his country as the Middle East’s only hegemon. But his efforts – which include an attempt to trigger a war between Israel and Hezbollah in Lebanon – increasingly look like the work of an immature gambler.