LA solution pour mettre fin à la famine

EUGENE, OREGON – L’information selon laquelle les deux tiers des adultes aux Etats Unis sont en surpoids ou obèses – et ce chiffre ne cesse d’augmenter – me rappelle une question qui me titille depuis les années 70 : pourquoi ne souffrons pas tous de la famine?

Il n’y a pas si longtemps, des experts prédisaient que la démographie galopante excèderait bientôt les réserves alimentaires de la planète, ce qui causerait une énorme famine. Nous devrions donc tous être mort de faim. Les théories catastrophistes de Thomas Maltus étaient à l’œuvreamp#160;: la population augmente de façon vertigineuse et la production de denrées alimentaires reste à la traîne. C’est évident. J’ai grandi avec les idées malthusiennes remises au goût du jour dans des livres au ton apocalyptique tels que ‘ The Population Bomb’ ( La bombe démographique, ndt) .

Mais quelqu’un semble avoir désamorcé la bombe. Plutôt que d’être submergés par la famine, nous le sommes par la nourriture. Et pas uniquement aux Etats Unis. L’obésité est en augmentation au Mexique. Le nombre de diabètes résultant d’une alimentation trop grasse atteint un niveau épidémique en Inde. Une personne sur quatre est en surpoids en Chine, plus de 60 millions de personnes sont obèses et le chiffre de l’obésité infantile a été multiplié par 30 depuis 1985. Partout, de Buffalo à Pékin, nous voyons des bidons bedonnants.amp#160;

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ePQMctG/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.