Un virage écologique pour New York

Dans les jours prochains, le gouvernement américain prendra une décision cruciale qui pourrait potentiellement modifier la manière dont les États-Unis sont perçus dans le monde : il devra décider d’approuver ou non une subvention de 537 millions de dollars qui contribuera à faire de New York la première mégapole du XXIe siècle durable au plan environnemental.

Les responsables du Département américain des transports doivent être conscients du fait que de leur décision de financer le projet visionnaire, intitulé PlaNYC, du maire Michael Bloomberg, dépendra la qualité de l’air que respirent quotidiennement plus de 10 millions de New-Yorkais et le taux de dioxyde de carbone relâché par la ville dans l’atmosphère.

Actuellement, New York produit plus de CO2 que toute la Norvège. Les autorités doivent comprendre à quel point leur décision influera sur la réponse que les Etats-Unis apporteront au défi global que constituent une urbanisation sans précédent et le changement climatique lié aux gaz à effet de serre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/oGTDWjF/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.