Verts de peur

A force de nous abreuver continuellement de reportages catastrophe sur le réchauffement planétaire, les médias nous effraient inutilement. Pire, ils terrifient nos enfants.

Al Gore s’est distingué par la représentation qu’il a donnée d’un niveau des mers s’élevant de 20 pieds (six mètres), et submergeant presque entièrement la Floride, New York, la Hollande, le Bangladesh et Shanghai. Selon des estimations onusiennes, l’élévation sera 20 fois moins importante et ne causera rien de tel.

Certains d’entre nous excusent ces outrances. C’est pour la bonne cause, disent-ils, et si elles amènent à une plus forte mobilisation contre le réchauffement climatique, où est le mal? C’est le genre d’arguments qu’on a vu fleurir, quand l’administration de George W. Bush s’est appesantie sur la menace de terrorisme, l’attribuant au régime irakien de Saddam Hussein.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/aUvsI0A/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.