Russian railway station Kirill Kukhmar/Getty Images

Un voyage à travers le pays de Poutine

VLADIVOSTOK – Il semble difficile de décrire la ligne de chemin de fer Baïkal Amour Magistral (BAM) en Russie comme une attraction touristique populaire, dit un site Internet de tourisme, en parlant de ce chemin de fer de près de 3 200 km qui traverse la Sibérie orientale et l'Extrême-Orient russe. « La plupart des gens n'en ont même [sic] jamais entendu parler. »

Le vieux rival du BAM, le Transsibérien, est certainement plus populaire. Depuis son ouverture en 1916, il a attiré de nombreux grands noms, notamment des écrivains voyageurs tels que Peter Fleming, Paul Theroux et Colin Thubron. Mais c'est le BAM - ce poste avancé mal aimé du Nord, créé par Staline dans les années 1930 et achevé sous Leonid Brejnev en 1984 - qui offre la plus utile fenêtre sur le monde de l'humeur russe, en dehors des villes cosmopolites de Moscou et Saint-Pétersbourg. À présent, le territoire du BAM est en très grande partie celui de Poutine.

C'est le livre de Dervla Murphy, Through Siberia by Accident qui m'a inspiré l'idée de prendre le BAM pour traverser la Sibérie, même si Murphy, une grand-mère irlandaise intrépide, s'est cassée une jambe en glissant dans les toilettes rudimentaires d'une voiture. J'ai été davantage motivé par le fait que mon grand-père avait construit la section située à l'extrémité Est du Transsibérien dans les années 1890. Pourtant je n'avais jamais été jusqu'à son terminus de Vladivostok, où mon père est né. Trois amis se sont donc joints à moi dans une improbable aventure ferroviaire de deux semaines à travers la Sibérie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Dy5rpXv/fr;