1

La récolte de sécurité de l'Égypte

LONDRES « J'ai une demande de la part de tous les Égyptiens, » a déclaré le Général Abdel Fattah El-Sisi, le Président de l'Égypte, en 2013. À peine trois semaines après avoir mis sur pied le coup d'État militaire le plus brutal de toute l'histoire de l'Égypte, il a demandé à « tous les respectables et honnêtes » de descendre dans les rues pour défiler avec les militaires, lui donnant ainsi à lui et à son armée « un mandat et un ordre pour lutter contre la violence potentielle et le terrorisme. » Des dizaines de milliers d'Égyptiens ont répondu à son appel. Pourtant trois ans plus tard, la violence et le terrorisme que Sisi s'était engagé à empêcher demeurent une réalité puissante.

En fait, l'armée elle-même a été le principal instigateur de la violence. L'affirmation de son leadership comprenait la répression contre toute personne qui protestait contre le renversement du premier Président librement élu de l'Égypte, Mohammed Morsi. La répression a culminé le 14 août 2013, quand les militaires ont pris d'assaut les sit-ins sur la Place Raba'a au Caire et sur la Place al-Nahda à Gizeh et a réalisé ce que Human Rights Watch a appelé les « pires homicides illégaux de masse de toute l'histoire moderne de l'Égypte » et « probablement un crime contre l'humanité ». Plus de 1 000 manifestants sont morts en moins de dix heures. Le Centre égyptien pour les droits économiques et sociaux a identifié 932 corps avec tous leurs papiers d'identité, 294 organismes avec une partie de leurs papiers et 29 corps sans papiers, dont 17 femmes et 30 adolescents, filles et garçons.

Le message a été clair : les gens au pouvoir étaient clairement convaincus que l'élimination de leurs opposants était une meilleure stratégie que leur inclusion. Les jeunes militants qui voulaient un changement rapide ont rapidement compris que les bulletins de vote, les grèves et les sit-ins ne changeraient pas un régime corrompu et risquait bien de les faire tuer.

Sans surprise, le coup d'État et la répression qui s'est exercée sur les opposants a déclenché une poussée d'insurrection persistante. Presque immédiatement, en réponse à un Sinaï du Nord déjà rétif, des brigades d'élite des Deuxième et Troisième Armées, dotées d'un appui aérien, ont lancé l'opération « Tempête du désert » pour réprimer la rébellion naissante. Par la suite, son porte-parole militaire a déclaré que 78 « terroristes » avaient été tués et que 207 personnes avaient été arrêtées, en mettant ainsi un terme au terrorisme dans le Sinaï.