Kryssia Campos/Contributor

La Ville et les données

SAN JOSÉ (COSTA RICA) – Lorsque vous regardez votre téléphone ou votre tablette, que voyez-vous ? Des pixels ? des images ? des jeux électroniques ? Moi, j’y vois des données.

Chaque jour, nous générons d’énormes quantités d’informations, cailloux binaires du Petit Poucet, qui dessinent la carte de nos intérêts, de nos habitudes, de nos interactions. Pour ceux d’entre nous qui travaillent à l’aménagement urbain, ces ensembles disparates de données sont une mine d’opportunités. Si elles sont correctement exploitées, les données fournies par les utilisateurs peuvent aider les concepteurs à bâtir des villes qui répondront mieux aux besoins réels des gens.

Reste tout de même un problème : le monde croule littéralement sous les données. Pour que toute l’information que les gens fournissent involontairement prenne un sens, les urbanistes doivent en améliorer la captation, le traitement et le partage entre secteur public et secteur privé. Si nous y parvenons, certains des principaux obstacles auxquels le monde est confronté – de la pauvreté au changement climatique – deviendront un peu plus faciles à surmonter.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/WK9eE2z/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.