PIK high-flux beam research reactor at the Konstantinov Institute of Nuclear Physics Peter Kovalev\TASS via Getty Images

Redécouvrir la promesse de l’énergie nucléaire

OXFORD – Lors de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de Paris en 2015, les dirigeants mondiaux semblent enfin avoir admis la réalité du changement climatique. En revanche, la réponse qu’ils ont apportée apparaît profondément défaillante, dans la mesure où c’est précisément la dépendance aux « sources d’énergie renouvelables » – énergie solaire, hydraulique, éolienne, et biocarburants – qui altère l’environnement. Ironie du sort, le pari le plus sûr pour atteindre les objectifs de l’accord de 2015 consisterait à miser sur une source d’énergie bien souvent diabolisée : le nucléaire.

L’hydraulique, l’éolien et le solaire ne peuvent fournir un apport fiable d’énergie à l’échelle requise par une économie moderne. Un kilogramme d’eau exploité dans un barrage de 100 mètres de hauteur produit seulement 1/3 600 kilowatts-heure d’énergie. Par opposition, un kilogramme de charbon produit environ 7 kWh d’énergie – soit 20 000 fois plus.

Tout programme hydroélectrique devrait ainsi revêtir une ampleur colossale pour pouvoir générer la même quantité d’énergie que son équivalent au charbon, ce qui impliquerait des coûts environnementaux et humains extrêmement élevés. Pour la construction du plus grand projet hydroélectrique existant – le barrage des Trois Gorges situé sur le fleuve Yangtsé, qui s’étend sur 600 kilomètres – 1,3 millions de personnes ont été déplacées, puisque 13 grandes municipalités, 140 villes et 1 350 villages ont été recouverts par l’eau retenue.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/5nd857tfr