benami176_John MooreGetty Images_netanyahu John Moore/Getty Images

L’héritage empoisonné de Bibi

TEL AVIV – Benyamin Netanyahou ne sera bientôt plus Premier ministre d’Israël. Après 12 années au pouvoir, quel pays laissera-t-il derrière lui ?

Netanyahou n’a pas toujours été cet incorrigible jusqu’au-boutiste que ses opposants (notamment en dehors d’Israël) voient en lui. Il a souvent fait preuve d’un pragmatisme pertinent, illustration d’une intelligence vive, d’une riche connaissance de l’histoire, d’une impressionnante maîtrise de la matière économique, ainsi que d’une profonde conscience des tendances régionales et mondiales.

Seulement voilà, la conservation du pouvoir a toujours revêtu une importance première pour Netanyahou, qui a par conséquent eu tendance à se concentrer davantage sur la séduction de sa base électorale que sur l’intérêt national. À maintes reprises, et de plus en plus fréquemment, cet exercice l’a conduit à dresser certaines catégories les unes contre les autres, en faisant appel aux instincts tribaux de la population. Il n’a cessé de gouverner par incitation, en mettant en œuvre des politiques en phase avec son discours ultranationaliste et anti-Arabes.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/EulqQq8fr