United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

La souveraineté qui compte vraiment

MADRID – Dans son bien connu « trilemme politique de l’économie mondiale », Dani Rodrik, économiste à Harvard, affirme que l’intégration économique mondiale, les États-nations et la démocratie sont trois éléments qui ne peuvent coexister. Tout au plus pouvons-nous combiner deux d’entre eux, mais c’est toujours aux dépens du troisième.

Il n’y a pas si longtemps, ce qu’on nomme le « consensus de Washington », insistant sur la libéralisation et les privatisations, dominait encore la politique économique mondiale. Si la crise financière de 2008 a terni sa crédibilité, les pays du G20 n’en sont pas moins rapidement tombés d’accord pour éviter les politiques protectionnistes, contre lesquelles s’élevait précisément le consensus.

Pendant ce temps, l’Union européenne demeurait (et demeure) la seule expérience démocratique au niveau supranational – fière de ses progrès prometteurs, quoique obérée de ses multiples défauts. En d’autres termes, c’est arrimée aux États-nations que l’intégration économique jouissait encore de la faveur générale, tandis que la dynamique des marchés internationaux reléguait la démocratie à un plan secondaire. 

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/6yC4EqX/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.