5

La réalité de Mitt Romney

NEW YORK – Il semble qu’une guerre a éclaté entre les faits et l’imagination ces derniers temps aux Etats-Unis. La réélection du président Barack Obama marque une victoire, limitée mais indéniable, pour la cause des faits.

Certains évènements qui ont précédé l’élection présidentielle américaine illustrent clairement ce combat. Parmi les proches conseillers du candidat Républicain Mitt Romney, certains se sont convaincus de la victoire prochaine. Une conviction qui n’était fondée sur aucun sondage. Néanmoins, ce sentiment s’est renforcé au point que certains des membres de son entourage en sont venus à s’adresser à Romney avec un « M. le Président. »

Il ne faut pas confondre désirs et réalités. Tout cela était prématuré, et Romney, malgré son désir d’en profiter autant qu’il le pouvait, n’était pas président. Et puis le soir des élections, lorsque les chaines de télévision ont projeté la défaite de Romney dans l’Ohio, et donc la réélection de Barack Obama, le clan Romney, par un autre déni des faits, a refusé d’admettre le résultat. Il lui a fallu plus d’une heure avant d’accepter la réalité et de prononcer un aimable discours de défaite.

Cette indifférence vis-à-vis de la réalité n’est pas le seul apanage de la campagne Républicaine ; elle caractérise aussi depuis quelques temps l’ensemble du parti Républicain. A la suite de la publication du rapport du Bureau des statistiques du travail (BLS) en octobre qui annonçait que les chiffres du chômage étaient “restés pratiquement inchangés, à 7,9%,” les équipes Républicaines ont cherché à discréditer le très respecté BLS. Lorsque les sondages ont montré que Romney perdait du terrain face au président Barack Obama, elles ont voulu discréditer les sondages. Suite aux conclusions du Congressional Research Service (Service d’études du Congrès américain, CRS) stipulant que le projet fiscal républicain ne contribuerait en rien à la relance de la croissance économique, les sénateurs Républicains ont fait pression sur le CRS pour qu’il retire son rapport.