Workers polish diamonds Per-Anders Pettersson/Getty Images

Le futur de l’industrie dans les pays du sud

WASHINGTON, DC – Dans les marchés émergents, l’industrie manufacturière a toujours été une source de productivité, de croissance et d'emplois. Depuis les années 1950, l'industrialisation a maintenu de nombreuses économies en Amérique latine, Asie et Europe de l'est sur une trajectoire stable vers des niveaux plus élevés de développement.

Exclusive insights. Every week. For less than $1.

Learn More

Pourtant, pour les pays à faible revenu, l'efficacité de l’industrie traditionnelle en tant que stratégie de croissance est en déclin. Afin d’être concurrentiels dans l'économie mondiale du futur axée sur la technologie,  les pays en développement auront besoin de nouveaux modèles capables d’accroître la productivité et fournir du travail à leur population.

Deux facteurs se combinent pour mettre en doute le principe d’un développement tiré par l’industrie manufacturière. Le premier concerne la compétitivité: attirer la production industrielle vers les pays à faible revenu n'a jamais été aussi difficile. Les coûts de main-d'œuvre, les taux de change et les infrastructures sont tous âprement disputés, ce qui a conduit à une consolidation des pôles industriels mondiaux.

Le deuxième facteur est la technologie. Comme la robotique et l'intelligence artificielle réduisent les coûts de main-d'œuvre, les délocalisations de la production vers les économies émergentes ont perdu de leur raison d'être. Cela est particulièrement problématique pour les pays, comme en Afrique subsaharienne, qui sont juste en train de se tourner vers l’industrialisation en vue de stimuler leur croissance. À court terme, les pays en développement qui dépendent de l’industrie peuvent être concurrentiels en améliorant les conditions entrepreneuriales et la formation des travailleurs plus qualifiés. Mais, tôt ou tard, leurs salaires et main-d'œuvre cesseront d’offrir un avantage comparatif.

Etant donné que l’industrie traditionnelle est peu susceptible d'alimenter la croissance économique future dans les pays du sud, les économistes explorent de nouveaux modèles de productivité. Une idée est d'encourager une transition vers des services tels que la banque, la finance, les télécommunications et les assurances. Certains prédisent même que les pôles de production industrielle pourraient devenir des endroits destinés à la « production » de services. Pour les pays en développement en particulier, les activités basées sur la technologie sont de plus en plus mises en avant comme une panacée économique, étant donné les faibles coûts marginaux d’une augmentation de leur production.

Cependant, tout miser sur le secteur des services ne résoudra pas les défis économiques et liés à l'emploi auxquels sont confrontés les pays du sud. Contrairement à l’industrie traditionnelle, qui emploie des légions de travailleurs peu qualifiés, un secteur des services élargi ne compensera pas les pertes d'emplois liées aux fermetures d’usines. A l’exception de quelques exceptions notables – dont la construction et le tourisme – les industries non manufacturières ne peuvent pas offrir des gains de productivité tout en assurant en même temps un niveau d’emploi adéquat. Pour cette raison, un virage complet par rapport au statu quo ne serait pas sage.

Mais il y a une solution: les marchés émergents pourraient être en mesure d'élaborer des stratégies plus nuancées qui combinent plusieurs éléments des processus de production des produits physiques et non physiques. Toutefois, si l'avenir de la production est une combinaison de l’industrie manufacturière et des services, les pays à faible revenu devront s’adapter.

Le monde a beaucoup à apprendre concernant l'interaction entre la production industrielle et les services, mais une chose est certaine: la technologie est au centre de la transition. Comme mes collègues à la Banque mondiale Mary Hallward-Driemeier et Gaurav Nayyar l’ont récemment fait remarquer, « la fabrication industrielle interconnectée » – par laquelle les machines et équipements sont reliés les uns aux autres ainsi qu’à l'Internet – est l'avenir de la production. Ce qu’on appelle les « usines intelligentes » piloteront les progrès futurs de la fabrication industrielle et, si les marchés émergents entendent être des acteurs concurrentiels dans ce nouveau paysage industriel, les décideurs devront relever les niveaux d'automatisation, de compétitivité et de connectivité dans leurs économies.

La « servicification de l’industrie » à venir obligera les décideurs de tous les pays – mais surtout dans les pays en développement – de prendre des choix difficiles. Toutes les économies ne bénéficieront pas des services liés à la production industrielle, et il faudra de la créativité pour déterminer comment les services pourront compléter l'évolution des ateliers industriels.

Mais comme Hallward-Driemeier et Nayyar le notent, peu importe les biens en question, les lignes de production de demain seront plus intelligentes que celles d'aujourd'hui. « L'ordre du jour devrait donc être de préparer les pays à utiliser les synergies entre les secteurs en vue de participer à l’entièreté de la chaîne de valeur d'un produit, tout en exploitant également les opportunités indépendantes au-delà de la production industrielle. »

Il est plus difficile que jamais de stimuler l'emploi des travailleurs peu ou pas qualifiés, tout en maintenant des niveaux de croissance solides. La mondialisation et les nouvelles technologies modifient considérablement le paysage industriel mondial, obligeant les dirigeants dans les pays émergents à reconsidérer leurs trajectoires vers la prospérité.

Heureusement, ce qui unit l’industrie et les services est plus important que ce qui les sépare. Si la transition vers « l’usine intelligente » est gérée judicieusement, les économies des pays du sud pourraient trouver de nouvelles opportunités de croissance. L'alternative – le chômage et un arrêt progressif des moteurs économiques – est un résultat que personne ne peut se permettre.

Traduit de l’anglais par Timothée Demont

http://prosyn.org/3ZsdmdM/fr;

Handpicked to read next