US employment Matt Cards/Getty Images

Le taux de chômage naturel n’a rien de « naturel »

NEW YORK – Pourquoi le taux de chômage est-il si peu élevé dans les pays au sein desquels l’inflation demeure maîtrisée ? Pour les économistes, c’est une question fondamentale. Et lorsque les économistes sont confrontés à une question fondamentale, les désaccords sont souvent tout aussi fondamentaux.

J’ai fait partie des économistes dissidents qui dans les années 1960 ont rejeté la macroéconomie enseignée dans les années 1950 – la théorie « keynésienne » développée par J.R. Hicks, A.W. Phillips et James Tobin, qui plaçait la demande globale au centre de tout. Un taux de chômage élevé ne serait que la conséquence d’une demande insuffisante, et un chômage faible le résultat d’une demande anormalement élevée.

Cette hypothèse nous dérangeait, car la théorie économique de base qui nous avait été enseignée – élaborée par Alfred Marshall, Knut Wicksell et Robert Solow – disait que tout était déterminé par des forces structurelles. Les progrès technologiques rapides et une plus grande préférence pour le travail devaient être accueillis, dans la mesure où ils dynamiseraient l’offre de travail et de capital – et par conséquent l’emploi ainsi que l’investissement. Les keynésiens soutenaient néanmoins que les forces structurelles étaient nuisibles, dans la mesure où elles faisaient disparaître des emplois, à moins que les dirigeants politiques ne créent une demande suffisante pour répondre à l’augmentation de l’offre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/Jmw9NH5/fr;

Handpicked to read next