Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

benami155_ Ilia Yefimovichpicture alliance via Getty Images_netanyahu Ilia Yefimovich/Picture Alliance via Getty Images

Les derniers jours de Netanyahou ?

TEL AVIV – Israël a enfin décidé de sortir des abysses nationalistes religieux dans lesquels le Premier ministre Benyamin Netanyahou l’avait plongée. À l’issue des élections parlementaires du 17 septembre, les deuxièmes dans le pays en cinq mois, la « coalition naturelle » composée du parti Likoud de Netanyahou, des groupes orthodoxes et des factions protofascistes a échoué à atteindre le seuil des 61 sièges, qui lui aurait permis de former un nouveau gouvernement.

Pour Netanyahou, qui occupe le pouvoir depuis 13 ans, cette élection ne concernait qu’en partie son programme politique nationaliste. Son principal objectif consistait à reproduire la seule coalition susceptible de lui conférer l’immunité parlementaire face à sa mise en examen imminente pour des faits de fraude, de corruption et d’abus de confiance.

Luttant littéralement pour sa liberté, Netanyahou a ignoré les règles légales et déontologiques de la conduite d’une campagne. Pour commencer, il a promis très imprudemment d’annexer la vallée du Jourdain – partie de la Cisjordanie – sans en avoir évalué aucune des conséquences stratégiques. Il a également proposé un loi qui permettrait aux militants du Likoud de placer des caméras dans les bureaux de vote. Lorsque cette proposition a été rejetée, le Likoud a prétendu que les partis de l’opposition entendaient lui voler l’élection. Pendant ce temps, la page Facebook du Premier ministre avertissait ses partisans sur la volonté des arabes israéliens de « nous annihiler tous ».

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/oN7H06Ifr;
  1. pisaniferry106_Mark WilsonGetty Images_phase one agreement trump china  Mark Wilson/Getty Images

    Explaining the Triumph of Trump’s Economic Recklessness

    Jean Pisani-Ferry

    The Trump administration’s economic policy is a strange cocktail: one part populist trade protectionism and industrial interventionism; one part classic Republican tax cuts skewed to the rich and industry-friendly deregulation; and one part Keynesian fiscal and monetary stimulus. But it's the Keynesian part that delivers the kick.

    4
  2. yu49_ShengJiapengChinaNewsServiceVCGviaGettyImages_G20trumpjinpingshakehands Sheng Jiapeng/China News Service/VCG via Getty Images

    PS Say More: Keyu Jin

    Keyu Jin assesses the “phase one” US-China trade deal, questions whether the US can ever accept China’s development model, and highlights a key difference in how the Hong Kong protests are viewed inside and outside China.
    0