rogoff178_ Chip SomodevillaGetty Images_fed Chip Somodevilla/Getty Images

L’absurdité monétaire moderne

CAMBRIDGE – Alors même que la Réserve fédérale américaine semblait tout juste avoir repoussé les tweets cinglants du président Donald Trump, la prochaine bataille pour l’indépendance de la banque centrale s’annonce d’ores et déjà. Et cette fois-ci, l’ensemble du système financier mondial pourrait s’en trouver déstabilisé.

Un certain nombre d’importants acteurs progressistes américains, qui pourraient bien occuper le pouvoir après les élections de 2020, préconisent d’user du bilan de la Fed comme d’une poule aux œufs d’or qui permettrait de financer de nouveaux programmes sociaux, notamment au vu d’une situation actuelle de faible inflation et de taux d’intérêt peu élevés. Parmi les principaux partisans de cette idée, souvent qualifiée de « théorie monétaire moderne » (ou TMM), figurent l’une des étoiles montantes du Parti démocrate, la membre du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez. Bien que leurs arguments revêtent une part de vérité, ils reposent également sur plusieurs erreurs fondamentales de conception.

Interrogé sur ce nouveau dogme progressiste, le président de la Fed Jerome Powell a dû se contenir. « L’idée selon laquelle les déficits n’auraient pas d’importance pour les pays en mesure d’emprunter dans leur propre monnaie est selon moi erronée », a en effet insisté Powell dans un témoignage au Sénat américain le mois dernier. Il a ajouté que la dette des États-Unis atteignait d’ores et déjà un niveau élevé par rapport au PIB, et, plus problématique encore, qu’elle augmentait significativement et plus rapidement qu’elle le devrait.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/2uv476Dfr;