Facebook CEO Mark Zuckerberg testifies before the House Energy and Commerce Committee Yasin Ozturk/Anadolu Agency/Getty Images

Facebook et l’avenir de la vie privée en ligne

NEW YORK – Chris Hugues, cofondateur de Facebook, a récemment admis qu’il était « grand temps » que le réseau social soit soumis à la vigilance du public, se disant « choqué que ces questions n’aient pas été traitées plus tôt ». Les leaders du secteur des technologies de l’information, notamment en Europe, mettent en garde depuis des années sur les abus de Facebook (et d’autre plateformes). Il est aujourd’hui particulièrement urgent d’écouter leurs points de vue et recommandations concrètes.

L’audition du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, devant le Sénat américain n’a pas vraiment rétabli la confiance du public dans une entreprise qui se livre au trafic des données personnelles de ses utilisateurs. Le moment le plus révélateur de cette audience a eu lieu quand le sénateur de l’Illinois Richard Durbin a demandé à Zuckerberg s’il aimerait que tout le monde sache dans quel hôtel il avait séjourné cette semaine, et avec quelles personnes il avait échangé, soit précisément le genre de données suivies et exploitées par Facebook. Zuckerberg a répondu qu’en effet la divulgation de ces informations lui déplairait. « Je pense que nous sommes ici au cœur du sujet », a conclu Durbin. « Ce qui est en jeu, c’est votre droit à la vie privée. »

Les détracteurs de Facebook soulignent ce point depuis des années. Stefano Quintarelli, l’un des plus grands experts européens des technologies de l’information, et ardent défenseur du droit au respect de la vie privée sur Internet (jusqu’à récemment membre du Parlement italien), dénonce avec ténacité et prémonition l’abus de position dominante de Facebook, et son utilisation inappropriée des données personnelles en ligne. Il défend depuis de nombreuses années une idée puissante : chacun devrait pouvoir reprendre le contrôle de son profil en ligne, qui devrait être facilement transférable vers d’autres plateformes. Si nous décidons que Facebook ne nous convient plus, nous devrions pouvoir changer pour un concurrent, sans pour autant perdre les liens vers nos contacts qui demeurent sur Facebook.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wMxwq7n/fr;

Handpicked to read next

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.