People shopping in Turkey Chris McGrath/Getty Images

Un populisme économique parfois nécessaire

CAMBRIDGE – Les populistes ont horreur des contraintes imposées à l’exécutif politique. Prétendant à outrance représenter le « peuple », ils considèrent que toute limitation de leur exercice du pouvoir contrevient nécessairement à la volonté populaire. De telles contraintes ne peuvent selon eux que servir les « ennemis du peuple » : minorités et étrangers (aux yeux des populistes de droite) ou élites financières (pour les populistes de gauche).

C’est une approche dangereuse de la politique, puisqu’elle permet à une majorité d’ignorer les droits des minorités. Sans une séparation des pouvoirs, sans indépendance de la justice ni liberté des médias – que maudissent tous les dirigeants autocrates populistes, de Vladimir Poutine à Donald Trump en passant par Recep Tayyip Erdoğan et Viktor Orbán – la démocratie dégénère en une tyrannie de celui qui occupe le pouvoir.

Sous le règne populiste, les périodes électorales ne deviennent qu’un écran de fumée. En l’absence de l’État de droit et des libertés civiles fondamentales, les régimes populistes sont à même de prolonger leur pouvoir en manipulant à volonté les médias et la justice.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/uH026c6/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.