march for science facts T.Seeliger/ullstein bild/Getty Images

Défendre l'essence de la démocratie

PARIS – Le 10 décembre 1948, l'Assemblée Générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme, en affirmant l'avis selon lequel « la volonté du peuple » - la démocratie - devait constituer la base de tout gouvernement. Mais sept décennies plus tard, les démocraties sont en danger. Après une multiplication par quatre du nombre de démocraties entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et 2000, nous connaissons à présent une période de régression politique. Des sociétés autrefois ouvertes sont en train de se tourner vers la dictature et dans de nombreux pays, les tendances despotiques se renforcent.

Ces tendances peuvent s'inverser, mais seulement si nous nous mettons d'accord sur les causes de cette régression démocratique et si nous ciblons nos solutions en conséquence.

Voilà qui est plus facile à dire qu'à faire. Dans son essai de 1967 Truth and Politics, la philosophe Hannah Arendt a noté que, « la liberté d'opinion est une farce à moins que ne soit garantie l'information factuelle et que les faits eux-mêmes ne soient pas un objet de litige. » Malheureusement, la farce d'Arendt est devenue notre réalité.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/3aklnFAfr