L'Europe et la cocaïne

Les dirigeants européens devraient prendre au sérieux le problème de la cocaïne. La "dame blanche" séduit de plus en plus d'Européens et nier le problème ne fait que l'aggraver.

Dans le passé, la cocaïne était essentiellement un problème américain, ce qui a conduit les USA à entreprendre une campagne de grande ampleur contre les vendeurs et les consommateurs de crack dans les centres-villes et contre les trafiquants et les fournisseurs dans les pays andins. Aujourd'hui la demande de cocaïne est stable, voire en baisse sur la plus grande partie de la planète. La culture de la coca a été réduite d'un quart au cours des cinq dernières années et les saisies de cocaïne ont presque doublé. Quarante-deux pour cent de la production de cocaïne a été saisis en 2005.

Mais l'Europe fait cavalier seul. L'utilisation de la cocaïne y est à la hausse, notamment en Espagne, en Grande-Bretagne et en Italie. Ainsi, on trouve parfois des traces de cocaïne sur des billets de banque ou dans des réservoirs d'alimentation en eau. Voici quelques données plus précises. Pour la première fois le taux de consommation de cocaïne en Espagne (3% de la population âgée de 15 à 64 ans) dépasse celui des USA, et le Royaume-Uni n'est pas loin derrière (la proportion de la population de ce pays qui a consommé au moins une fois de la cocaïne ayant fait un bond de 0,6% il y a 10 ans à 2,4% en 2005).

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/hvNyuUp/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.