Skip to main content

Solar photovoltaic modules on a hillside in a village in Chuzhou STR/AFP/Getty Images

Le grand dessein énergétique de la Chine

PÉKIN – Le projet le plus audacieux pour atteindre les objectifs fixés par la COP 21 sur le climat vient de Chine. Les gouvernements de la planète se sont engagés, par l’accord de Paris, à maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2° Celsius (3,6° Fahrenheit) par rapport au niveau pré-industriel. Le principal moyen d’y parvenir est de remplacer dans le monde, d’ici 2050, les carburants fossiles riches en carbone (charbon, pétrole et gaz naturel) utilisés comme sources d’énergie primaires par des énergies renouvelables décarbonées (éolien, solaire, hydro-électricité, géothermie, courants et marées, biomasse) et par l’énergie atomique. L’initiative chinoise d’interconnexion énergétique mondiale (Global Ernergy Interconnection – GEI) apporte une prodigieuse vision de ce qu’il est possible de faire pour parvenir à la transformation énergétique. 

Peu de gouvernements ont pris la mesure de cette transformation. Les scientifiques qui travaillent sur le climat parlent de « budget carbone » – la quantité totale de gaz carbonique que l’humanité peut émettre dans les années à venir tout en maintenant le réchauffement global sous la barrière des deux degrés. Le budget carbone mondial à mi-parcours est actuellement estimé à 600 milliards de tonnes. L’humanité émet aujourd’hui 40 milliards de tonnes de CO2 par an, ce qui signifie que le monde doit progressivement éliminer les énergies fossiles avant le milieu du siècle, voire plus tôt, et les avoir totalement remplacées par des sources d’énergie primaire n’émettant plus de gaz carbonique. 

Nous savons donc ce que nous devons faire. Aujourd’hui, l’électricité provient principalement de la combustion de charbon et de gaz naturel ; ces centrales thermiques doivent être progressivement supprimées et remplacées par une production électrique non carbonée, solaire, éolienne, hydraulique, nucléaire et autre. Aujourd’hui, les habitations sont essentiellement chauffées par des chaudières et des radiateurs alimentés au fioul et au gaz naturel ; ils doivent être remplacés par des appareils électriques. Aujourd’hui, les véhicules fonctionnent aux produits pétroliers ; ils doivent être remplacés par des véhicules électriques. 

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/CKcK8F3/fr;

Handpicked to read next

  1. bildt69_DELIL SOULEIMANAFP via Getty Images_syriansoldiermissilegun Delil Souleiman/AFP/Getty Images

    Time to Bite the Bullet in Syria

    Carl Bildt

    US President Donald Trump's impulsive decision to pull American troops out of northern Syria and allow Turkey to launch a military campaign against the Kurds there has proved utterly disastrous. But a crisis was already inevitable, given the realities on the ground and the absence of a coherent US or Western policy in Syria.

    8

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions