Donald Tusk and Theresa May Dan Kitwood/Getty Images

Brexit vers nulle part ?

BERLIN – La politique génère de fortes émotions chez tout le monde. Même les Britanniques, en dépit de leur réputation de poursuivre leurs intérêts de manière impassible et calme, ne sont apparemment pas à l'abri. Peut-être que cette réputation n’est qu’un vestige de l’Empire britannique disparu de longue date. En tout cas, elle ne s’applicable sûrement pas au Royaume-Uni de 2017.

Regardez les décisions politiques que les Britanniques ont prises l'an dernier. En juin, ils ont décidé – quoique de justesse – de se retirer de l'Union européenne. Puis, lors des élections générales anticipées le mois dernier, ils se sont prononcés en faveur d’un résultat qui ne fait que renforcer l'impression que le pragmatisme britannique est en retraite.

Les élections – dans lesquelles le Parti conservateur a perdu sa majorité, résultant en un parlement sans majorité – indiquent combien la classe politique à Westminster s’est éloignée du reste du pays. En effet, le Royaume-Uni semble subir non seulement une crise politique et identitaire, mais aussi une crise de confiance dans ses élites politiques et économiques, qui a commencé avec la crise financière mondiale de 2008.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wN7dkRH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.