Harsh conditions in a refugee camp Paula Bronstein/Getty Images

Mieux utiliser le génie médical pour soigner les réfugiés

BOSTON – La résurgence de la xénophobie et du nativisme dans de nombreux pays crée un environnement toxique pour tous ceux qui fuient les crises géopolitiques. Mais parmi les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les réfugiés en attente d’une réinstallation, l’accès à des soins de santé – mentale et physique – de qualité se place en haut de la liste.

La situation réclame non seulement l’attention des médecins, des infirmiers ou des organisations non gouvernementales, mais aussi des ingénieurs, dont les contributions à la santé publique sont décisives, et déterminantes pour ce qui concerne les réfugiés.

Car s’ils savent construire des ponts ou créer des gadgets, les ingénieurs contribuent aussi à l’accessibilité et à l’amélioration des soins de santé en mettant au point des méthodes plus rapides de diagnostic et de prestation des services médicaux. Au sein de mon propre domaine de recherche, des scientifiques et des ingénieurs ont d’ores et déjà inventé des appareils qui permettent aux nouveau-nés de respirer plus facilement, qui détectent le paludisme et le VIH dans les zones de conflit, ou encore préservent les zones rurales des médicaments frelatés.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/7Tc7lkQ/fr;

Handpicked to read next