Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

acemoglu9_GettyImages_businessmencomputersspeaker Getty Images

La dérive moderniste des géants technologiques

CAMBRIDGE – Les technologies numériques ont transformé notre manière de communiquer, de nous déplacer, de faire nos achats, d’apprendre et de nous divertir. Bientôt, les technologies telles que l’intelligence artificielle (IA), le big data et l’Internet des Objets (IoT) révolutionneront probablement la santé, l’énergie, les transports, l’agriculture, le secteur public, l’environnement naturel, voire notre corps et notre esprit.

Le fait d’appliquer la science aux problématiques sociales a immensément porté ses fruits par le passé. Bien avant l’invention de la puce électronique, un certain nombre d’innovations médicales et technologiques avaient déjà rendu notre existence plus confortable – et plus longue. Mais l’histoire abonde également de catastrophes provoquées par la puissance de la science, et sa volonté zélée d’améliorer la condition humaine.

Les efforts d’augmentation des rendements agricoles via l’optimisation scientifique ou technologiques dans le cadre de la collectivisation menée en URSS ou en Tanzanie ont par exemple spectaculairement mal tourné. De même, les projets de refonte des villes dans le cadre de l’aménagement urbain ont parfois conduit à leur quasi-destruction. Le politologue James Scott qualifie de « haut modernisme » ces efforts consistant à transformer l’existence au moyen de la science.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/R0jJnqVfr;