Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

student walking university Scott Varley/Digital First Media/Torrance Daily Breeze via Getty Images

Trump et l’exode des cerveaux

WASHINGTON, DC – La qualité de ses universités est l’un des atouts majeurs qui font la grandeur de l’Amérique. Chaque année, dans le monde entier, les meilleurs étudiants rivalisent pour s’inscrire, en premier ou second cycle, dans des universités américaines, qui occupent bien souvent la tête des classements mondiaux. En outre, la recherche fondamentale conduite dans ces établissements constitue l’un des premiers moteurs de l’innovation et de la croissance économique, tout comme elle draine une proportion écrasante de prix Nobel.

Les universités américaines répondent aux besoins d’une immense variété d’étudiants, de chercheurs et d’acteurs économiques. Les grandes universités de recherche n’attirent pas seulement les étudiants les meilleurs et les plus brillants mais regroupent autour d’elles, comme à Boston et dans la « Silicon Valley », des entreprises de haute technologie. Dans le même temps, les universités publiques et privées, à travers le pays, offrent de solides formations avant la thèse, tandis que les établissements universitaires à cycle court (community colleges) dispensent aussi bien des enseignements professionnels que l’éducation permettant à d’innombrables diplômés des lycées d’accéder aux formations préparant à une licence. 

La compétition entre établissements publics et privés assurant en outre un niveau d’excellence rare, l’éducation supérieure a longtemps constitué aux États-Unis une grande activité d’exportation. Selon Catherine Rampell, du Washington Post : « Les exportations américaines dans le secteur de l’éducation sont peu ou prou aussi importantes que les exportations combinées de soja, de charbon et de gaz naturel. » Avec trois fois plus d’étudiants étrangers formés aux États-Unis que d’étudiants américains suivant des cours à l’étranger, le secteur de l’éducation supérieure a contribué en 2017 pour 34 milliards de dollars d’excédents nets à la balance courante américaine.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/9MaNfRUfr;

Edit Newsletter Preferences