15

Réalisme sur le trumpisme

BERLIN – Un peu plus d'un mois après l'investiture du Président américain Donald Trump, il est à présent évident que sa présidence n'apportera rien de bon. Malheureusement les pessimistes se sont avérés réalistes : les choses ont vraiment pris un tour aussi mauvais qu'ils l'avaient annoncé. Les pires scénarios sont désormais des scénarios de référence. Tout espoir qu'une demande officielle, ou que des réalités politiques et économiques, persuadent Trump d'adhérer aux politiques nationales et étrangères, doivent être écartées comme autant de vœux pieux.

Le réalisme force à l'acceptation d'une vérité qui donne à réfléchir. Si le 45ème Président des États-Unis doit choisir entre respecter la Constitution américaine, qui limite son autorité par la séparation des pouvoirs, ou renverser cette Constitution, il choisira probablement cette dernière possibilité. L'administration Trump a l'intention de réaliser rien de moins qu'un changement de régime à Washington, DC.

Tôt ou tard, la friction entre le Président et le système constitutionnel va créer une crise grave qui va ébranler les États-Unis en leur sein, voire les rendre politiquement méconnaissables. Les attaques continues de Trump contre l'appareil judiciaire et contre la presse (deux institutions indispensables pour demander des comptes au pouvoir exécutif), ne laissent aucune place à une interprétation différente.

Même si le système constitutionnel américain l'emporte, le chaos qui s'ensuivra durant la présidence de Trump risque de causer des dommages irréversibles. Réfléchissez à ce qui pourrait se produire dans le cas d'une grave attaque terroriste aux États-Unis au cours de cette période d'agitation. Les États-Unis vont-ils glisser vers un autoritarisme similaire à celui que nous voyons en Turquie ? Nous ne l'espérons vraiment pas, mais c'est une possibilité réelle.