0

Il est temps de faire revenir le Mahatma Gandhi

NEW YORK – En Inde, l’écrasante victoire inattendue du Parti du Congrès aux élections générales a provoqué l’euphorie. Nombreux sont ceux qui pensent que le Congrès – avec son engagement pour les valeurs laïques, la croissance économique et l’aide aux plus démunis – est désormais en mesure de faire de l’Inde une grande puissance. Les résultats sont particulièrement propices aux intérêts commerciaux et financiers, pour lesquels un événement exceptionnel serait sur le point de se produire, alors que le Congrès continuer de libéraliser l’économie indienne.

Les Américains se réjouissent de voir que l’agaçante gauche indienne, réduite à 24 malheureux sièges, a échappé de peu à l’éviction du gouvernement national. Les communistes indiens avaient tenté de renverser le gouvernement mené par le Congrès l'année dernière pour saboter l'accord nucléaire négocié par les Etats-Unis, et s'étaient engagés à le retourner.

Quant à la menace de la droite, toute personne qui a un espoir de paix dans la région et d'apaisement des tensions entre les communautés religieuses dans le pays est certainement soulagée par le revers du nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP). La stratégie du BJP consistant à dénoncer le laxisme du Congrès à l’égard de la terreur et à diaboliser les musulmans, comme menace existentielle pour l’Inde, a échoué lamentablement.

Malheureusement, la trajectoire économique que trame le Congrès, même s’il est possible qu’elle stimule la croissance à court terme, risque finalement de frapper de plein fouet l’équité et la durabilité. Malgré les discours sur « la croissance pour tous », le fossé entre les riches et les pauvres s'est creusé avec une rapidité exceptionnelle durant les années d'expansion économique.