Clinique d'identité

" Devenez qui vous êtes " écrivit le philosophe Friedrich Nietzsche. Un siècle plus tard, des millions de personnes prennent le conseil de Nietzsche à cœur. Mais au lieu de se tourner vers la philosophie, ils se tournent vers les médicaments et la chirurgie.

" Je me suis retrouvée depuis que je prends du Paxil " déclare une femme sur les placards publicitaires pour cet anti-dépresseur. Il en est de même, apparemment, pour les utilisateurs de Prozac, Ritalin, Botox, Propecia, Xenical, des stéroïdes anabolisants de la chirurgie esthétique, des thérapies hormonales et du changement chirurgical de sexe. Alors même que les gens entreprennent des transformations personnelles importantes, altérant leur personnalité avec des médicaments psychoactifs et leur corps avec la chirurgie esthétique, ils décrivent la transformation comme la définition de " qui ils sont vraiment ".

" Ce n'est qu'avec les stéroïdes ", explique le bodybuilder Samuel Fussell, " que je me retrouve à l'extérieur comme je me sens en moi-même ". Selon Jan Morris, seul le changement chirurgical de sexe " lui permit de trouver enfin son identité. " Si Nietzsche était encore parmi nous, il vanterait peut-être les anti-dépresseurs de Pfizer.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/gEnUJUI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.