L'automne du Commandante

Seul Gabriel Garcia Marquez saurait trouver les mots justes pour décrire l'attente de la mort de Fidel Castro. Son roman L'automne du patriarche capture parfaitement la misère morale, la paralysie politique et l'ennui féroce qui ensevelit une société attendant la mort d'un dictateur au long cours.

Le départ du pouvoir du commandante Fidel n'est qu'une question de biologie, et les rares photos de lui qui ont paru depuis qu'il est tombé malade l'année dernière montrent clairement la nature au travail. Quand la fin viendra, le changement à Cuba pourrait bien avoir autant d'ampleur que n'importe lequel de ceux qui ont salué la fin des grands dictateurs du siècle dernier.

Staline, Franco, Tito, Mao : leurs méthodes et leurs moyens se ressemblaient tous. La manière dont ils sont sortis de scène a souvent été très différente en revanche, et ces différences modèlent les sociétés pour les années et les décennies qui suivent leur mort.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/jswoGWX/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.