1

Le bilan du printemps arabe

LE CAIRE – Les évènements survenus l’année dernière en Egypte et en Tunisie ont refermé le rideau sur un vieil ordre chancelant pour faire entrer une grande partie du monde arabe dans une nouvelle ère, attendue de longue date. Mais le profil de cette nouvelle ère reste encore très flou, compte tenu des défis que la région devra encore relever.

Ce vieil ordre en cours de disparition s’étend bien au-delà des anciens régimes. L’intégralité du système de valeur de la région – avec sa culture politique fondée sur l’autocratie – est en pleine transformation. Les hommes et femmes arabes se sont débarrassés des sentiments d’humiliation et d’infériorité imposés par le despotisme – qui entretenait désespoir, colère, violence et repli sur soi.

Cette transformation, bien que loin d’être terminée – elle pourrait en effet prendre encore plusieurs années avant d’aboutir – commence néanmoins à porter ses fruits. Si les soulèvements de 2011 n’avaient pas eu lieu, nous assisterions encore à une année supplémentaire d’autocratie, avec moult débats autour des successions dynastiques. Cela signifierait plus d’humiliations pour les gens ordinaires, qui subissent déjà le poids d’une corruption rampante, tandis que leurs responsables politiques et le capitalisme de connivence continuent de siphonner les fonds publics.

Les medias arabes continueraient d’encombrer les ondes d’éloges complaisantes des présidents de la région et de leurs familles, tandis que ces derniers continueraient de piller les programmes de développement. L’éducation s’en trouverait ralentie, et les sociétés arabes, fondées sur des principes sectaires, tribaux et régionaux, constateraient une augmentation de l’esprit de vengeance et de la violence. Les tristement célèbres « bateaux de la mort », sur lesquels s’embarquent des centaines de jeunes Nord-Africains en quête de travail et d’une vie meilleure ailleurs, continueraient de déverser sur les côtes peu accueillantes de l’Europe ceux qui survivent à la traversée. Et la colère des Arabes atteindrait des niveaux sans précédents, entrainant encore plus de chaos et de destruction.