benami181_StringerGetty Images_sudan StringerGetty Images

Le Soudan est-il la prochaine Libye ?

TEL-AVIV – Lorsqu’un pays anciennement colonisé n’ayant pas ou peu de culture démocratique sort d’une dictature brutale, il est rare que s’y développe une démocratie. Il est au contraire fort probable qu’il soit en proie au chaos politique et voie des acteurs étrangers y chercher un avantage stratégique. C’est ce qui s’est passé en Irak après la chute de Saddam Hussein, et en Libye après que Mouammar Kadhafi fut renversé. Le Soudan connaîtra-t-il le même destin ?

Jusqu’à présent, il y semble effectivement promis. Lorsque le dictateur soudanais, au pouvoir depuis trente ans, Omar El-Béchir a été renversé, en 2019, par un coup d’État militaire, les puissances qui avaient fait de la Libye leur terrain de jeu stratégique n’ont pas manqué cette nouvelle occasion de s’immiscer au carrefour de l’Afrique sub-saharienne et du Moyen-Orient.

Certes, un Conseil de souveraineté fut rapidement mis en place pour conduire le pays pendant la période de transition vers un gouvernement civil. Mais le mois dernier – un peu plus d’un an seulement avant que ne prenne fin cette transition –, le chef militaire soudanais, le général Abdel Fattah Al-Burhane, a dissout le Conseil de souveraineté et fait arrêter le premier ministre civil, Abdallah Hamdok.

To continue reading, register now.

As a registered user, you can enjoy more PS content every month – for free.

Register

or

Subscribe now for unlimited access to everything PS has to offer.

https://prosyn.org/wboeTd8fr