15

Un monde sans l’Amérique

NEW YORK – Je voudrais d’emblée avancer l’idée assez peu répandue que les principales menaces avec lesquelles les États-Unis doivent composer maintenant ou dans un proche avenir ne découlent pas de la montée de la Chine, du comportement irrationnel de la Corée du Nord, d’un Iran doté de l’arme nucléaire, des nouvelles formes de terrorisme ou des changements climatiques. Même si ces facteurs constituent des menaces potentielles ou réelles, les enjeux les plus importants auxquels les États-Unis doivent faire face gravitent autour de sa dette galopante, de ses infrastructures en décrépitude, de la qualité médiocre de son système d’enseignement primaire et secondaire, de son système d’immigration désuet et de la faiblesse de sa croissance économique : tous des éléments qui affectent directement les forces vives de la nation américaine.

Les lecteurs dans d’autres pays pourront être tentés de se réjouir, un tant soit peu, des difficultés des États-Unis. Une telle réaction ne devrait surprendre personne. Les États-Unis et ceux qui les représentent ont été accusés d’arrogance, car les États-Unis peuvent souvent être considérés comme une nation incontournable, mais il serait préférable si c’étaient les autres pays qui attiraient l’attention sur ce point. De plus, les exemples d’incohérences entre ce que les États-Unis pratiquent et ses principes suscitent à juste titre des accusations d’hypocrisie. La source de ressentiment réside dans le fait que les États-Unis n’appliquent pas les principes que ses propres représentants prêchent aux autres.

Mais, comme pour d’autres tentations, il est de mise de résister à l’envie de se réjouir des imperfections et des difficultés des États-Unis. Les gens du monde entier doivent prendre garde de ne pas souhaiter trop fort que les États-Unis ne réussissent pas à résoudre ses problèmes intérieurs, car le prix d’un tel dénouement pourrait bien être exorbitant. En fait, le reste du monde a presque autant d’intérêt au succès des États-Unis que les Américains eux-mêmes.

Une partie de la raison est économique. L’économie américaine compte encore pour le quart de la production mondiale. L’accélération de la croissance américaine augmentera le pouvoir d’achat des États-Unis pour des biens et services d’autres pays, améliorant du même coup les perspectives de croissance mondiale. Au moment où l’économie de l’Europe est à la dérive et où celle de l’Asie se refroidit, les États-Unis (ou, plus précisément, l’Amérique du Nord) ont le potentiel de remettre l’économie mondiale sur les rails de la relance.