Pills on a US dollar bill

Méga financement de la recherche de médicaments

SEATTLE – Alors que des pratiques de fixation des prix par un cartel de sociétés pharmaceutiques font les manchettes, un aspect troublant demeure sous-estimé. Les hausses exorbitantes des prix des médicaments déjà sur le marché, y compris les génériques, sont motivées non seulement par le simple appât du gain, mais par un scepticisme ancré concernant la faisabilité économique de mettre au point de nouveaux médicaments. Ce scepticisme est justifié.

Les modèles traditionnels de financement de la mise au point de médicaments sont bancals. Aux États-Unis et beaucoup d’autres pays développés, le coût moyen de mise en marché d’un nouveau médicament est monté en flèche, même quand les brevets sur certains des médicaments les plus lucratifs du secteur tombent à échéance. Le capital de risque s’est retiré du financement des jeunes sociétés des sciences de la vie et les grandes sociétés pharmaceutiques ont vu fléchir le nombre de médicaments commercialisés par dollar dépensé en recherche et développement.

En fait, en moyenne, seulement un sur 10 000 composés répertoriés comme potentiellement utiles dans des recherches de premier stade obtiendra ultimement l’agrément des autorités de réglementation. Le processus d’agrément peut prendre jusqu’à 15 ans et pêche par excès de prudence. Même parmi les médicaments qui se rendent aux essais cliniques chez l’humain, un seul sur cinq franchira ce dernier obstacle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/JUTV95i/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.