Skip to main content

Pour une mort choisie

PRINCETON – "Je quitterai la vie aujourd'hui vers midi. Il est temps".

Ce sont par ces mots affichés sur internet que commence un texte dans lequel Gillian Bennet, une Néo-Zélandaise de 85 ans vivant au Canada, explique sa décision de mettre fin à sa vie. Gillian savait depuis trois ans qu'elle était atteinte de démence. En août, sa maladie avait progressé au point qu'elle avait presque perdu conscience elle-même, ainsi qu'elle le dit elle-même. 

"Je veux en finir", écrit-elle, "avant le jour où je ne pourrais plus évaluer ma situation ou faire ce qu'il faut pour mettre fin à ma vie". Son mari, Jonathan Bennett, un professeur de philosophie à la retraite, et ses enfants ont respecté sa décision. Pour ne pas les exposer au risque de 14 ans de prison, Gillian a refusé qu'ils participent à son suicide de quelque manière que ce soit. Elle a donc été obligée de faire tous les préparatifs nécessaires par elle-même, alors qu'elle en avait encore la capacité.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/GXFNl3K/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.