Pour une mort choisie

PRINCETON – "Je quitterai la vie aujourd'hui vers midi. Il est temps".

Ce sont par ces mots affichés sur internet que commence un texte dans lequel Gillian Bennet, une Néo-Zélandaise de 85 ans vivant au Canada, explique sa décision de mettre fin à sa vie. Gillian savait depuis trois ans qu'elle était atteinte de démence. En août, sa maladie avait progressé au point qu'elle avait presque perdu conscience elle-même, ainsi qu'elle le dit elle-même. 

"Je veux en finir", écrit-elle, "avant le jour où je ne pourrais plus évaluer ma situation ou faire ce qu'il faut pour mettre fin à ma vie". Son mari, Jonathan Bennett, un professeur de philosophie à la retraite, et ses enfants ont respecté sa décision. Pour ne pas les exposer au risque de 14 ans de prison, Gillian a refusé qu'ils participent à son suicide de quelque manière que ce soit. Elle a donc été obligée de faire tous les préparatifs nécessaires par elle-même, alors qu'elle en avait encore la capacité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/GXFNl3K/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.