retiree kindergarten BSIP/UIG via Getty Images

Faire fonctionner les régimes de retraite

MILAN – Dans la plupart des pays développés, une retraite à base de loisirs est l'une des grandes innovations socio-économiques du siècle passé. Mais cela est rapidement en train de devenir un luxe que peu de pays peuvent se permettre, en particulier en Europe. Les retraités bénéficiant d'une seconde jeunesse peuvent refuser de l'entendre, mais il est grand temps que les gouvernements subordonnent en partie les retraites publiques au travail communautaire.

Des prestations de retraite trop généreuses déstabilisent les finances publiques, compromettent le contrat social entre les générations et augmentent le nombre de sympathisants favorables aux mouvements populistes d'extrême droite. À travers l'Europe, les obligations de dette potentielle dues aux régimes non capitalisés représentent entre 90 et 360 % du PIB. En Italie, certains retraités touchent des pensions 2 à 3 fois supérieures à ce que leurs contributions actives devraient entraîner. Dans l'ensemble de l'Union européenne, le revenu médian des personnes de plus de 63 ans est presque aussi haut que le revenu médian gagné par les travailleurs actifs.

En outre, en raison des politiques de retraite, près de 30 millions de retraités au sein de l'UE ont de moins de 65 ans, ce qui revient à dire qu'environ 25 % de tous les retraités ne sont pas vieux du tout. Pire encore, l'âge officiel de la retraite n'a pas été réindexé pour tenir compte de la durée de vie plus longue. Lorsque le Chancelier allemand Otto von Bismarck a initié le premier système public de retraite en 1870, l'âge d'éligibilité était de 70 ans et l'espérance de vie moyenne était de 45 ans. Aujourd'hui, l'Européen moyen prend sa retraite à 65 ans et vit jusqu'à ce qu'il atteigne au moins 80 ans.

https://prosyn.org/GQnMGnxfr