A Rohingya woman Anadolu Agency/Getty Images

L'Asie du Sud est-elle le nouveau Moyen Orient ?

PARIS – On considère souvent le Moyen-Orient comme une région entravée par des sentiments d'humiliation collective et par de violentes rivalités, au sein des pays et entre eux. Mais l'Asie du Sud est en proie à certaines forces du même genre, qui se font jour dans une vague de nationalisme bouddhiste en Birmanie, où les musulmans Rohingyas sont chassés du pays, ainsi que dans le nationalisme hindou en Inde, au sein du parti Bharatiya Janatadu du Premier ministre Narendra Modi.

La bonne nouvelle pour l'Asie du Sud, c'est qu'un avenir comparable à celui du Moyen-Orient n'est pas inévitable. Mais sa simple possibilité indique l'état de choses fébrile que la montée d'un nationalisme, souvent formulé en termes religieux, produit dans la région. C'est un peu comme si le fondamentalisme croissant au sein de l'Islam avait encouragé l'intégrisme dans d'autres religions.

La situation est particulièrement dramatique pour les Rohingyas. Depuis août, l'armée est mobilisée dans une campagne brutale qui, non seulement axée sur le principe d'arrêter les militants Rohingyas, vise des civils et brûle des villages entiers, en forçant des centaines de milliers de personnes à fuir vers le Bangladesh voisin.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/XrDzPBl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.