Skip to main content

okumu1_CRISTINA ALDEHUELAAFPGetty Images_malariaworker Cristina Aldehuela/AFP/Getty Images

Pourquoi le paludisme est-il à nouveau en hausse ?

DAR ES SALAAM – Les moustiques sont souvent décrits comme les animaux les plus dangereux de la planète, parce que les maladies qu'ils transmettent - notamment le paludisme, la dengue et Zika - causent plus d'un million de décès chaque année. Mais les stratégies de prévention contre ces menaces sont loin d'être adéquates.

Prenez par exemple le paludisme, qui, selon l'Organisation Mondiale de la Santé, a infecté plus de 200 millions de personnes en 2017 et a fait 435 000 morts. Jusqu'aux années 1940 environ, les stratégies de lutte contre le paludisme reposaient sur trois piliers : une meilleure gestion de l'environnement, l'amélioration de l'habitat et des systèmes de santé plus solides. Pour expliquer les mécanismes de transmission du paludisme (décrits pour la première fois il y a plus de 100 ans), les services de santé publique se concentraient alors sur la réduction de la prolifération de l'anophèle, sur l'exposition des populations à ce moustique et sur l'accès à des soins médicaux appropriés.

Les pays qui ont adopté cette approche ont réalisé de grands progrès - et dans la plupart des cas, sont restés exempts de paludisme. Aux États-Unis, par exemple, les décès dus au paludisme ont diminué de 75 % entre 1920 et 1939.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

Help make our reporting on global health and development issues stronger by answering a short survey.

Take Survey

https://prosyn.org/SYqOYIW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions