0

Les leçons de l’Amérique

Alors qu’ils s'apprêtent à célébrer l'investiture de leur premier président afro‑américain, les États‑Unis montrent une fois de plus l’un des meilleurs aspects de leur identité nationale. Même s’il a fallu plus de 200 ans pour atteindre ce stade, les observateurs étrangers, en particulier européens, s’émerveillent de l’influence de Barack Obama. Au vu de la marginalisation relative des personnes de couleur ou des immigrants dans leurs pays, ils admettent que le succès d’un Obama français, allemand, italien ou britannique n’est pour l’heure envisageable et se demandent comment l'Amérique a pu parvenir à un tel niveau.

Certes, l'Amérique a ses défauts et n’est pas épargnée par les conflits liés à la race et à l’identité nationale. Elle peut tout de même être fière de la façon dont elle intègre les personnes issues de milieux étrangers ou minoritaires. L'exemple d'Obama – et celui de son nouveau gouvernement, composé de nombreux leaders très compétents issus de groupes externes ( outgroups ) ethniques ou raciaux – est enrichissant pour les autres nations, en particulier d’Europe occidentale.

Quel est le secret de l'Amérique ?

Tout d’abord, son passé est par nature différent de celui des pays d’Europe occidentale. L’histoire française et l’histoire britannique portent sur ce qui compose l’identité propre à chacune des deux nations. Par définition, les nouveaux arrivants n’en font pas partie ou y sont étrangers, alors que la trame historique des Etats-Unis se définit fondamentalement par l'immigration : tous les habitants, hormis les natifs, viennent d'ailleurs. L’élite nationale est désormais composée de personnes dont les ancêtres immigrants sont arrivés dans le pays souvent dépenaillés et harassés.