benami167_ DEBBIE HILLAFP via Getty Images_netanyahu Debbie HIll/AFP via Getty Images

Les conséquences de la paix entre Israël et les Émirats arabes unis

TEL AVIV – Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a salué l'accord de normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis – que les deux pays signeront lors d'une cérémonie à la Maison Blanche le 15 septembre – comme étant une étape historique de même importance que les accords de paix précédemment conclus par Israël avec l'Égypte et la Jordanie. Le dirigeant israélien s'est également félicité du fait que l'accord conclu avec les Émirats arabes unis avait justifié sa « doctrine Netanyahou » de paix contre paix, plutôt que de terre contre paix.

Mais même la paix avec un pays avec lequel Israël ne partage pas de frontière et n'a jamais mené de guerre a obligé Netanyahou à renoncer à ses plans d'annexion de grandes portions de la Cisjordanie. Après tout, il y a bien eu un aspect « terre contre paix » dans cet accord.

Plus important encore, la « doctrine » de Netanyahou fait pratiquement disparaître le concept qui sous-tend l'Initiative de paix arabe de 2002, selon laquelle une paix israélo-palestinienne doit être la condition préalable à la normalisation des relations des États arabes avec Israël. La Ligue arabe elle-même a rejeté la demande des Palestiniens consistant à condamner l'accord entre Israël et les Émirats arabes unis. En outre, le pacte signale également la défaite de la vision de la gauche israélienne qui envisage la Palestine comme la clé de la paix avec le monde arabe.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/rB3iEFRfr